cours de scenario

Bon vla quelques notes de cours pour compléter l’ article de tk

à noter que j’ai parfois ajouté « récit » dans les explications parce que le cours était très orienté cinéma. Mais les techniques peuvent aussi être utilisées dans d’autres formes d’histoires.

à noter aussi qu’il s’agit de trucs eucharistiques , et pas de l’analyse de la composition basique d’un film ou d’une histoire.

TIME-LOCK : (= verrou)

Technique où l’on met une limite de temps au déroulement de l’histoire. (exemple : une bombe va exploser)

BUT:
-établir une tension dramatique mais aussi de définir des limites. -Apporte un enjeu concret. (ex: film d’aventure = recherche d’un but concret) .

AVANTAGES: -le time lock est un enjeu concret en lui même. il fonctionnera donc de toute façon, et donne toute latitude pour écrire la fin -peut intervenir dans tout type de récit (au niveau du scénario , ou au niveau du media , exemple : « le tour du monde en 80 jours » , fonctionne très bien par écrit) -ne dénature jamais un récit -Permet de créer (facilement) du suspens -Permet de mettre en valeur de bonnes idées qui auraient manqué d’une trame narrative solide.

après ça on peut se dire que waw c’est la solution miracle pour écrire un scénar tout fonctionnera de toute façon! (bon en fait c’est à peu près ça) mais attention à quelques petits détails sur le plan dramatique :
seulement vouloir arrêter quelque chose (ou accomplir quelque chose dans un temps donné) ne suffit pas forcément. Pour que ça marche il vaut mieux y mélanger quelque chose de nature moins matérielle et plus humain. ( toujours l’exemple de la bombe : avoir quelque chose ou quelqu’un à sauver).

CONSTRUCTION : 3 temps : 1-début, source , raison -2- milieu -3- fin , résolution du time lock.

Plus récemment dans les films , le time lock a été utilisé mais sans le résoudre ( pour reprendre l’exemple de la bombe : elle explose) , le procédé est détourné , mais fonctionne toujours de la même façon.

EXPOSITION DIFFEREE : (inverse du time lock)
un film (ou un récit en général) = suite de scènes d’exposition. Existe tant que des éléments nouveaux entrent dans le film.
exposition différée= nombre d’expositions que le spectateur doit connaitre mais qui ne lui est pas révélé tout de suite. exemple: dans pas mal de récits policiers , l’enquêteur à trouvé un petit détail qui l’a mis sur la piste mais ne l’explique qu’à la fin. (l’autre technique utilisée dans ce genre de récit est expliquée plus loin , quand le détail est visible du spectateur , mais bon , en général dans les policiers on essaiera plutôt de surprendre le spectateur à propos du coupable plutôt que de lui faire comprendre tout de suite)

BUT: créer interrogation du spectateur. Accrocher l’attention par le manque d’infos.

AVANTAGES:
-peut s’appliquer à tout type de récit (surtout ceux dont le but même est de s’interroger sur les persos)
-peut intervenir à n’importe quel moment.
-peut marcher en omettant de révèler quelque chose d’important à propos d’un perso.

CONSTRUCTION: -ben juste ne pas donner toutes les infos toutes suite. Donc introduire à moment les infos utiles par un flash back , une explication etc…

SET-UP / PAY-OFF : (= « nouer / dénouer » ou « implanter / récolter)

BUT: Technique où l’on implante quelque chose ,un objet , une parole , etc … (souvent légèrement anodin) dans le scénario et qui plus tard va éclore dans le récit et soit résoudre le problème , soit relancer le récit qui était dans une impasse au niveau de la résolution.
-exemples : le bracelet de « Georgie » , ce qui se passe dans la vie privée de Bruce Willis dans le 6e sens ,etc…les gags aussi , sont des versions en général très courte de set up / pay off.

AVANTAGES: -peut être à l’échelle d’un film , d’un acte , d’une séance , d’un chapitre , d’un livre …. -fonction dramatique immédiate , peut avoir une fonction dramatique faible, mais dois avoir cette fonction. -possibilité de faire des faux set up (sans pay off) , exemple : Rosebud de « citizen Kane » , même si le spectateur à droit à la solution à la toute fin du film, ce n’est pas le cas des personnages , et donc le set up n’est pas réellement résolu.
-ce n’est pas un set up / pay off si il n’y a pas de fonction directe.

voilà stout pour aujourd’hui :3

3 comments

  1. Kara says:

    avec le setup et l’exposition différée tu peux déjà refaire tous les poirot/holmes… et une grande partie de la littérature policière

  2. Kyo says:

    c’est pas mal de pouvoir mettre des noms sur ces concepts. Ca permet de définir ce qui était jusqu’alors assez flou pour moi.

Laisser un commentaire